La Maieusthésie

La Maïeusthésie est une démarche de  communication où l’attention est mise vers l’être, plutôt que sur l’histoire ou les évènements, dans une attitude d’ouverture.

Elle apprend ainsi à développer une attitude plus communicante. Mieux se comprendre avec authenticité et chaleur humaine, c’est savoir-être à la fois distinct et proche de l’autre.

12729234_1080700168618141_5080958876747766140_n

Le mot « maïeusthésie » est composé du grec maieutkê, « (art) d’accoucher quelqu’un » (le Robert Dictionnaire historique de la lange française) et de aisthanesthai (origine indoeuropéenne) « sentir, percevoir » (Ibid), qu’on retrouve dans « anesthésie » avec « an » privatif. « Maïeusthésie » désigne donc « l’art d’être sensible au processus d’accouchement, de naissance du Soi ». Il s’agit d’une approche où priment l’humain et l’expérience vécue, libre de toutes écoles de pensée. La maïeusthésie est cependant théorisée avec précision et située clairement au sein des théories existantes en psychologie.

Quand ce qui motive les interlocuteurs est l’individu et non l’information, nous ne parlerons plus d’« intérêt » (car on éprouve de l’intérêt pour une chose) mais d’« attention » (car on donne de l’attention à quelqu’un) : Un être intéressé pense à son profit, alors qu’un être attentionné pense à autrui avec délicatesse.

La Maïeusthésie est une proposition intégrative à visée thérapeutique qui permet l’accueil de  ce qu’il y a en nous de plus précieux, c’est-à-dire Soi.
Aux cours des entretiens, elle utilise les chemins du ressenti, car il s’agit plus  de se rencontrer que de se raconter. Elle a pour projet une meilleure individuation de soi  dans  une réalité  intérieure apaisée.

L’accompagnement :

Nous avons tous vécus des situations dans notre vie qui nous ont amenés à mettre de côté des expériences de vie, de Soi, qui sont des zones blessées et restées en attente. 
Souvent nous avons cru qu’il fallait nous en débarrasser ou ne plus y penser, ce qui revient à se couper de soi. Qui n’a pas entendu : « tu t’écoutes trop ! », « maitrises- toi un peu ! » etc. Ces affirmations lancées pour aider, ont également pour effet de se perdre de vue.
Nous aurions eu besoin à ces moments là, d’écoute, d’attention et d’une chaleur humaine accueillante.

Tous ceux que nous avons été nous constituent et se trouvent dans le présent, 
mais s’y trouvent soit « accueillis et intégrés » soit  « coupés et mis à distance ».

Le mal-être que nous souhaitons résorber ou guérir est en fait l’appel d’une part de Soi avec laquelle il y a eu rupture de contact. Notre psychisme ayant gagné en maturité attend l’ouverture vers cette part. 

Les différents symptômes mis en place qui sont habituellement considérés comme des disfonctionnements ou des troubles, sont en réalité un chemin de reconnaissance et d’amour vers une partie de soi qui attend à naître.

« Il y a une part de vide qui attend la vie. »

Le rôle du praticien est d’accompagner la personne en partant de ses ressentis. Grâce à la pertinence des questions posées, la personne apporte toutes les précisions nécessaires qui donnent accès à la part de soi. Cela se produit « concrètement » en mettant de l’attention avec sensibilité et délicatesse sur ce qui émerge. La Maïeusthésie, c’est l’écoute, l’accueil et l’accompagnement de ces parts en nous qui n’on jamais été entendues et attendent d’être reconnues. C’est un accomplissement de vie intérieure.

Bien-etre1

L’accompagnement psychologique :
Son regard amène à considérer :
    => Le symptôme comme une manifestation nécessaire et spécialement pour mener à la part de Soi, en attente de sa « venue au monde »,
    => La psyché de l’individu constituée de trois éléments :
– Celui qu’il est aujourd’hui (Présent)
– Tous ceux qu’il a été depuis qu’il existe (Passé)
– Tous ceux dont il est issu (Transgénérationnel)


    => Deux pulsions :
– La pulsion de Survie (faire, énergie) qui compense tandis qu’elle  » disperse, met à l’écart  » les parts de Soi en souffrance que la maturité du sujet ne permet pas encore d’intégrer sans risque
– La pulsion de Vie (être, arrêt)) qui  » rassemble  » les parts de Soi pour constituer l’unité de l’individu.  

L’accompagnement (séance) se déroule en 2 étapes :
    => La localisation,  » l’identification  » de la part de Soi à réhabiliter
    => La réhabilitation,  » la naissance  » de cette part de la psyché en attente, en réouvrant le canal de communication avec Soi, et ce, dans une attitude de reconnaissance du ressenti. C’est alors que disparaît spontanément le symptôme devenu inutile.

 

l’article de Thierry Tournebise (créateur du concept et de la pratique)