Les 5 blessures de l’âme

Les blessures de l’âme nous concernent tous.  Elles sont vécues à des degrés différents, et sont réveillées par nos parents à des âges différents. En général,  1 ou 2 blessures vont être plus importantes que les autres.

 

Tout ce que nous vivons mal dans notre vie peut être relié à ces blessures. Stress, colère, maladie, malaise, peurs, etc., peuvent en être des manifestations.

 

Lise Bourbeau nous donne l’exemple de quelqu’un qui vous marche sur le pied alors que vous avez l’orteil infecté et douloureux. Forcément vous allez bondir, et vous en prendre à la personne qui a réveillé la blessure, en l’insultant, en la grondant, au risque de la blesser. En résumé, vous mettez la responsabilité sur cette personne. Alors que si votre pied était en bonne santé, votre réaction aurait été beaucoup moins fulgurante. Donc quand vous êtes en réaction, cela veut dire qu’une blessure se cache derrière ! Cette réaction, Lise Bourbeau l’appelle le « masque ». 

 

Pourquoi est-il important d’identifier ses blessures ?

Toute blessure ignorée va s’amplifier et aura de mauvaises conséquences sur votre vie. Tout ce que nous n’acceptons pas chez nous, se retourne contre nous (en développant des maladies, en étant colérique, dépressif, en manquant de confiance en soi, etc.). Se libérer de l’emprise de nos blessures, c’est être en paix avec soi-même un peu plus chaque jour, c’est s’accepter, et devenir soi-même. Guérir ses blessures = s’accepter et devenir soi-même

5 blessures de l'âme

valider Le rejet

Comportement : on se considère sans valeur, on ne pense pas avoir le droit d’exister, on se demande ce qu’on fait là…

Masque (réaction) = la fuite, le déni de soi, le déni de situation

Guérir cette blessure va vous permettre de vous affirmer, de prendre votre place dans la société.

 

valider L’abandon

Comportement : une grande tristesse, et un besoin constant d’être soutenu(e). Fait en sorte d’attirer l’attention.

Masque : dépendant

Sa plus grande peur : la solitude.

Guérir cette blessure va vous permettre de passer du temps seul sans souffrir, et de demander de l’aide non plus pour de l’attention mais par besoin.

 

valider L’humiliation

Cette blessure est éveillée par le ou les parent(s) qui se sont occupés du développement de l’enfant (physique, sexuel, etc.).

Comportement : on se sent indigne. On connaît nos besoins mais on les ignore. Personne sensuelle qui ignore ses besoins par peur de perdre le contrôle, d’avoir honte. Il s’occupe davantage des besoins des autres que les siens, il est très serviable.

Masque : masochiste

Plus grande peur : liberté

Guérir cette blessure va vous permettre de vivre votre sensualité sans culpabiliser, d’écouter vos besoins avant ceux des autres.

 

valider La trahison

Blessure éveillée par le parent de sexe opposé. Va de paire avec l’abandon.

Comportement : on se sent facilement trahi, déçu. On a beaucoup d’attentes, notamment avec les personnes du sexe opposé, donc difficulté à s’engager. Cherche à être important et spécial.

Masque : le contrôlant (sournois ou actif).

Plus grande peur : la dissociation, la séparation

Guérir cette blessure va vous permettre d’arrêter de vouloir contrôler les autres.

 

valider L’injustice

Éveillée par le parent de même sexe. Va de paire avec le rejet.

Comportement : veut être parfait dans tout ce qu’il fait. Perfectionniste extrême. Très injuste et dur avec soi. Froid et insensible.

Masque : rigide (conforme ou rebelle). Froid, fermé, yeux « pistolets ».

Plus grande peur : la froideur

Guérir cette blessure va vous permettre de retrouver votre sensibilité naturelle et de vous donner le droit de ne pas être parfait.

blessures de l'âme

 

Une fois ses blessures importantes identifiées… qu’en faire ?

 

valider Etre conscient quand notre ego prend le dessus, quand on met un masque (rigidité, contrôle, fuite…).

Qu’est-ce que l’Ego ? C’est le mental tout simplement. Il ne se base que sur la mémoire, donc sur le passé. Il est déconnecté du cœur, de l’âme, de l’être.

Comment le reconnaître ?

Posez-vous cette question le plus souvent possible : « comment je me sens ? ».

  • Crispation, malaise
  • Peur, culpabilité, jugement, accusation, besoin de se justifier
  • Comparaison, exagération
  • Vouloir changer quelqu’un d’autre
  • Penser qu’on est ce qu’on fait, ou qu’on est ce qu’on a (possessions matérielles)

 =>  Toutes ces manifestations sont propres à l’EGO

Une fois qu’on s’est rendu compte qu’on était dans l’ego, qu’on portait un masque, seconde étape :

 

valider Identifier et accepter la blessure

Se poser la question « quelle est ma réaction ». Votre réaction vous indique la blessure :

Quelques exemples :

Accusation / colère => injustice ou trahison

Tristesse => abandon

Trouver des excuses aux autres => abandon

Etc. (se référer aux 5 blessures plus haut)

Acceptez votre émotion, votre blessure. Contentez-vous de l’observer, sans juger, de l’accueillir. Cela semble anodin mais il s’agit sans doute de l’étape la plus importante.

 

valider Parler avec l’ego

L’ego c’est cette petite voix rabat-joie qui vous rabaisse, vous fait douter, vous sur-protège. Elle vous enferme dans la peur, juge les autres, compare, exagère, etc.

Dès que vous reconnaissez votre ego, et la blessure qui va avec, rassurez-le ! Pour cela il suffit de lui parler : « Mouchette, je sais que ton avis part d’une bonne intention, mais rassure-toi, je fais ça car….. ».

 

valider Faire le miroir

Faire le miroir est une bonne manière de se connaître. Le principe : ce que je m’attire de l’autre, est mon miroir ! Ce que vous voyez en l’autre, est en fait en vous.

Plus vous reconnaîtrez et accepterez les réactions / les blessures chez l’autre, plus vous développerez votre compassion, votre empathie, votre tolérance. Moins vous les jugerez ou les accuserez (bye bye l’ego !). Plus vous serez dans l’acceptation de vos propres blessures / émotions. Un véritable cercle vertueux !

 

valider Oser faire des choses qui paraîtraient injustes aux autres

Ce que tu n’acceptes pas chez l’autre, tu ne l’acceptes pas chez toi.

Tu t’es déjà entendu dire « quel culot celle-là ! » ou « J’aurai jamais osé faire ça », « ça se fait pas »… Quand on juge les autres de cette manière, on se bride soi-même, tout simplement !

S’aimer soi-même = être capable de s’aimer quand on n’est pas ce qu’on voudrait être, c’est accepter d’être humain, se donner le droit d’avoir des faiblesses, des croyances, des peurs.

 

 

Ce qu’il faut retenir :

  • Pour guérir ses blessures, il faut les reconnaître, les regarder, accueillir ses émotions.
  • Plus vous vous donnez le droit d’être ce que vous ne voulez pas être, plus vous allez arriver à ce que vous voulez être.
  • En un mot : accepte-toi tel que tu es !

 

Pour aller plus loin : Lise Bourbeau