Les rêves : une portes d’accès multiples

« Dis-moi à quoi tu songes, je te dirai qui tu es »

Apprendre à reconnaître les différents types de rêves pour mieux se connaître soi-même. Le rêve est pour Jung la « voie royale » menant à l’inconscient. Jung professe le plus grand respect à l’égard du songe et de son message. Il révèle à ses yeux l’existence d’un psychisme objectif, d’une sagesse naturelle qui tend à l’autorégulation de la psyché et dont il est la voix. Les rêves peuvent être classés en différentes catégories.

Les rêves psychologiques

Beaucoup de nos rêves représente en langage imagé nos préoccupations psychologiques, nos émotions et désirs. Ce genre de rêve peut souvent s’accompagner d’images stressantes ou effrayante, voir tourner au cauchemar. Bien qu’ils soient perturbant, ils recèlent des significations profondes qui peuvent nous aider à prendre conscience d’un problème de notre vie quotidienne et des solutions pour les résoudre.

Les rêves physiologiques

Certains rêves sont tout simplement en rapport avec un besoin physiologique qui se manifeste pendant notre sommeil. Par exemple, rêver que vous avez envie d’aller aux toilettes peut être corrélé à une envie forte d’uriner alors que vous êtes en train de dormir. Il est important d’interpréter ces rêves en tenant aussi compte des images choisies pour exprimer vos besoins : Elles peuvent révéler des associations plus émotionnelles et psychologiques.

Les rêves avec des scènes de la vie quotidienne

Il est commun de voir des personnes ou des lieux familiers dans nos rêves. Aussi, nous rêvons parfois de scènes de la vie quotidienne qui semblent sans intérêt, mais qui peuvent avoir des significations plus profondes si on s’attarde un peu plus sur les symboles présents. Il se peut que votre rêve soit une manière de passer en revue des événements et émotions que vous avez ressentis les jours précédents et d’avoir l’opportunité de les intégrer de manière plus profonde.

Rêves prémonitoires

Faire un rêve prémonitoire est plus commun qu’on ne le pense. Ce type de rêve consiste à rêver d’événements qui vont se dérouler plus tard dans votre vie éveillée. Ils peuvent relever de la clairvoyance, mais aussi de notre capacité à intégrer les informations recueillies pendant l’état de veille de manière plus ou moins inconsciente et d’en faire sens. Nous laissons alors notre subconscient faire des déductions et jouer avec des scénarios plausibles qui vont ensuite se répéter dans notre vie éveillée.

Les rêves récurrents

Un rêve récurrent est une rêves qui se répète à travers le temps et dont les éléments sont similaires ou identiques d’une fois à l’autre. Ce genre de rêve indique souvent un problème que nous avons du mal à résoudre ou des émotions qui nous préoccupent fortement. Il nous rappelle que ces préoccupations sont toujours d’actualité et que nous ferions bien d’y prêter attention et d’agir pour mieux comprendre ce qui se passe en nous. Un rêve récurrent est une occasion de trouver des manières plus adaptées pour dissoudre nos tensions.

Le cauchemar

Un cauchemar est souvent appelé un mauvais rêve parce que l’impression qu’il laisse au réveil est négative : Il laisse le rêveur généralement tendu et stresse. Les cauchemars se rapportent à notre anxiété et représentent  les préoccupations quotidiennes que nous avons du mal à comprendre et à gérer. Ils jouent également sur la charge émotionnelle souvent forte qui accompagne le stress de la vie quotidienne.

Les rêves compensatoires

Certains rêves nous permettent de vivre ce qui nous n’oserions pas faire dans notre vie éveillée. Ainsi, nous pouvons faire l’expérience de traits de personnalité et de situations différents. Ce genre de rêve peut nous aider à explorer des aspects de nous-même que nous gardons dans l’ombre ou que nous pourrions développer de manière plus ouverte ou consciente.

Le rêve lucide

Faire un rêve lucide se caractérise par le fait que le rêveur est conscient qu’il rêve alors qu’il est en train de rêver. Ce genre de rêve s’accompagne souvent de sensations ressenties comme réelles et d’une clarté d’esprit remarquable. Le rêveur peut s’amuser à manipuler le contenu du rêve et explorer un monde ou les possibilités semblent infinies.

Les rêves conseils

Ce genre de rêve aide à résoudre des problèmes qu’on rencontre dans notre état de veille.  Leur scenario s’articule autour d’une situation problème ou d’un but à atteindre, a une série d’obstacles à franchir et à l’intervention d’une figure qui aide le protagoniste du rêve à avancer. Ce genre de rêve reflète notre train de vie et notre élan à résoudre les problèmes de notre vie quotidienne ou à dépasser nos limitations personnelles.

Pour investiguer le contenu d’un rêve, on doit prendre en compte 3 mécanismes fréquents du rêve :

La figuration :

Transmission de sens sous forme symbolique : le recours à des symboles : indice visuel ou langagier. Les symboles quasi-universels « archétype » tiré de l’inconscient collectif (exemple dent qui tombe = sentiment fort d’insécurité ; mais les enfants qui perdent leurs dents sont un symbole aussi de transition pour devenir adulte).

La condensation :

Rencontre de plusieurs sens (parfois contradictoire) dans un seul élément qui serra un message à plusieurs niveaux de lecture. Il peut aussi y avoir à l’inverse l’éclatement de plusieurs représentations en un élément unique (le clivage de l’objet : un même « objet » divisé en 2, le bon et le mal)

Le déplacement :

Remplacer un élément latent (masqué) par un autre élément moins menaçant pour le psychisme. (des animaux pour représenter une violence non acceptée sur des humains par exemple) C’est le déplacement qui fait qu’il faut tout aussi bien porter l’attention sur des événements qui peuvent sembler dérisoire alors qu’ils seront en fait très importants.

 

        Le symbolisme du rêve est considéré très différemment si l’on étudie le rêve du point de vue causale (freudien) ou du côté final (jungien). Le  » déterminisme  » freudien, comme Jung se plaît à nommer le point de vue de Freud sur le rêve, postule l’existence d’une cause générale des rêves : des désirs toujours assez simples et élémentaires qui cherchent à s’actualiser oniriquement. Ces désirs prendraient divers déguisements grâce à l’existence d’une censure, d’où la distinction entre les idées oniriques latentes et le rêve manifeste. C’est dans cette optique que sont généralement considérés les images oniriques d’objets longs comme des symboles phalliques et celles d’objets creux comme symboles féminins.  » Le point de vue finaliste, au contraire, voit dans les variations des images oniriques le reflet de situations psychologiques infiniment variées. Il ne connaît pas pour les symboles de significations figées ; pour lui, les images oniriques sont importantes en elles-mêmes, car c’est en elles-mêmes qu’elles portent la signification  » (Jung, L’homme à la découverte de son âme, p.203). Les images oniriques sont en quelque sorte des paraboles, elles ne dissimulent rien, elles représentent. Les rêves s’expriment ainsi selon Jung et non pas de façon déguisée.

À titre indicatif, Jung procède de la façon suivante pour analyser un rêve: Il divise une page en trois colonnes. Dans la première, il inscrit le récit du rêve. Dans la deuxième, la plus large, il inscrit le contexte alimenté par les associations du rêveur, c’est à dire ce que signifient les images oniriques pour lui et les liens qu’il peut faire avec sa vie consciente. Dans la troisième, une fois le contexte établi, il note les hypothèses de conclusions qu’il peut établir en tenant compte des liens entre les divers éléments.