L’importance de l’engagement dans une relation de couple

Les statistiques sont claires : les jeunes adultes de la génération Y rencontrent des difficultés à construire leur vie affective. Le nombre de célibataires augmente, les couples résistent mal aux premières années de vie à deux, l’âge du premier enfant ne cesse de reculer… À l’heure où l’on affiche sa vie sur les réseaux sociaux, où l’on trouve un partenaire d’un clic sur son smart-phone et où la pornographie semble devenue la norme, comment faire le choix d’un autre et se lancer dans une histoire d’amour ?

De nos jours, les relations de couples sont pensées de deux manières bien différentes. Soit l’on voit la relation comme un objet de consommation, auquel cas tant qu’il y a satisfaction tout va bien, mais s’il y a frustration alors, on le change ou on réclame un service après couple. Soit on voit la relation comme une construction permanente où chaque frustration n’est qu’un défi à dépasser pour aller encore plus à la rencontre de l’autre. Mais pour cela, il faut savoir s’écouter. Et le plus important dans l’écoute n’est pas de parler la même langue, ni même de savoir s’oublier, mais de s’entendre, car si on ne s’entend pas alors on ne peut pas s’écouter. Quand vous parlez à une personne, (et encore plus à un enfant), essayez de penser ce que vous allez lui dire. Car elle n’entendra pas ce que vous dite, mais entendra ce que vous pensez. Mais si vous ne le pensez pas, elle n’entend pas. Et ça crée un dialogue de sourd. Donc la question à se poser lorsqu’une relation est en train de commencer : c’est suis-je là pour profiter ou pour investir ?

Imaginer deux personnes posées sur la plage durant les grandes vacances à profiter du beau temps. Puis spontanément, l’une propose à l’autre de partir faire une balade en mer. Les deux personnes n’ayant rien à faire les jours à venir sont alors, tentées par l’idée. Pourquoi ne pas profiter un peu plus de ces vacances ? Alors elles prennent une barque (ou une galère quand c’est plus grand) avec deux rames dans le bateau. Elles montent dedans naturellement sans trop se poser de questions, le cadre offrant assez de plaisir pour ne pas y réfléchir. Puis elles poussent la barque pour partir voyager. Une fois retrouvé au milieu de l’étendue, quand elles sont vraiment dans la mer…. À deux, elles verront qui aura réellement envie de ramer.

Cette image, elle montre quoi ? Le fait que je ne peux pas engager l’avenir d’un autre, si moi-même, je n’ai pas pris les garantis que cet engagement ne va pas être au détriment de l’autre. À ce moment-là, je sais que j’ai choisi d’investir la relation plus que de profiter ou consommer ce qu’il y a à consommer.

 

Maintenant pour faire ce choix, il devient important de savoir différencier, joie et plaisir.

Le plaisir c’est la satisfaction d’avoir, c’est donc une notion avant tout de consommation, là où la joie est une satisfaction d’être donc une notion de communion. Si tu cherches à satisfaire tes plaisirs, tu n’atteindras jamais le bonheur (on peut toujours avoir plus). Car chercher à consommer, c’est refuser de construire ce dont on voudra profiter par la suite. Et la raison en est assez simple: ces deux sensations dépendent en réalité de deux neurotransmetteurs distincts. La dopamine, à l’origine du plaisir, est vue comme une récompense, alors que la sérotonine, produit une sensation de bonheur plus durable. En investissant le lien que je crée avec l’autre, alors je vais me mettre un cadre qui va garantir la valeur  de ce que je ferais. Et à ce moment-là, la relation créera quelque chose de bien plus grand qu’une rencontre, que du plaisir partagé, mais bel et bien une joie grande ancrée dans le temps, qui pourra trouver la force de dépasser les incidents qui pourront alors survenir.

 

Savez- vous quelles sont les autres dimensions qui construisent un véritable amour?

-Une bonne communication, où l’écoute est sincère, où vous pouvez parler d’une manière démocratique, en parvenant à des accords. Les forces sont réparties et il n’y a pas de perdants, car la balance tend toujours à s’équilibrer et les dialogues sont continus. Dans une bonne communication, les discussions plus vives sont également présentes, mais c’est quelque chose de normal, car il est nécessaire d’être honnête.

-Le soutient et la reconnaissance. Les deux membres se respectent et se valorisent avec authenticité, en reconnaissant les forces et les faiblesses de l’autre. Il n’y a pas de mépris, d’ironies ou d’humiliations, la considération est mutuelle et il est permis que le développement personnel se fasse et, dans le même temps, que le couple murisse.

-La complicité et l’affection sincère. Il est possible qu’avec les années, nous perdions cette passion du début, mais même ainsi, nous restons toujours heureux. Un couple en bonne santé, heureux et satisfait sait que le véritable amour se nourrit de cette complicité quotidienne où on se trouve du regard, où on garde le sourire et où nous sommes bercés d’illusions pour un avenir commun.