Thérapie olfactive : des odeurs au mieux-être

Thérapie émotionnelle psychocorporelle qui utilise les odeurs et la vibration de certaines huiles essentielles

L’odorat semble être un sens oublié dans nos sociétés de l’audiovisuel et du goût. Pourtant l’olfaction dirige tel un chef d’orchestre souterrain, la plupart de nos comportements. Une méthode réhabilite ce sens si mystérieux et particulier au sein de la démarche thérapeutique : la thérapie olfactive.

Le corps physique n’est qu’un des aspects de la dimension humaine. De nombreux canaux subtils sillonnent ce corps pour véhiculer l’énergie vitale. La vibration de chaque molécule d’air est une nourriture subtile mais non moins capitale pour l’Homme car elle fait résonner l’ensemble des parties de l’être. Cette approche est une partie de ce qui est nommé l’aromathérapie.

Qu’est-ce que l’aromathérapie ?

Le terme d’aromathérapie vient du grec « arôma » qui signifie arôme, et « therapeia » qui signifie cure. Il a été utilisé pour la première fois par le chimiste René Maurice Gattefossé

L’aromathérapie consiste à recueillir certains actifs des plantes au moyen d’un processus de distillation à la vapeur d’eau pour en récupérer la forme liquide et concentrée. Cette essence de principes actifs contenus dans la plante est appelée huile essentielle.

Petite histoire de l’aromathérapie…

Avant l’Antiquité, les égyptiens intégraient déjà l’aromathérapie à leurs remèdes. On trouve ainsi des traces de menthe ou de laurier dans leurs potions curatives.

Il faut attendre le XIe siècle pour qu’apparaisse la distillation des plantes, visant à en extraire les principes actifs.

En 1910, René-Maurice Gattefossé, jeune chimiste français, se brûle gravement les mains suite à une explosion de laboratoire. Les soins classiques de l’époque restent sans effet et l’infection gagne du terrain. Selon la légende, René-Maurice Gattefossé aurait soigné sa main infectée à l’aide d’huile essentielle de lavande, dont il aurait ainsi découvert les propriétés calmantes, antiseptiques et cicatrisantes. 20 ans plus tard, il publiera « Aromathérapie ». 

Si l’aromathérapie se positionne dans le dense et la matière en traitant le corps physique et le symptôme, la thérapie Olfactive agit sur la sphère subtile de l’esprit et du psychisme. Le corps physique n’est qu’un des aspects de la dimension humaine. De nombreux canaux subtils sillonnent ce corps pour véhiculer l’énergie vitale. La vibration de chaque molécule d’air est une nourriture subtile mais non moins capitale pour l’Homme car elle fait résonner l’ensemble des partie de l’être.

Selon certaines traditions, les molécules odorantes présentes dans l’air que nous inspirons influent sur la vibration du prana : Les odeurs colorent l’énergie de l’air, comme les couleurs pour la lumière. Or, au quotidien, 99 % des odeurs environnantes ne sont pas senties consciemment mais nous influencent bel et bien ! Sans une sensation vibratoire du message olfactif, comment ferait le papillon pour sentir une femelle à plus de quinze kilomètres ? La concentration en molécules odorantes dans un tel volume d’air rend la perception uniquement biochimique quasiment impossible…

La thérapie Olfactive est la discipline qui cherche à rétablir l’équilibre psychique par le biais de l’information olfactive. Son terrain d’action est la dimension psychique de l’être humain. Ce travail subtil de réequilibrage de l’état d’âme, de la perception du monde, de l’esprit et des tendances comportementales chez l’individu peut être comparé à l’art d’accorder un instrument de musique : rien n’est ni enlevé ni ajouté à l’instrument et pourtant l’accordage s’entend aux sons produits par l’instrument…