Objectifs des consultations :

 Chaque consultation dure en moyenne 45 minutes.

Il n’est pas toujours aisé de s’engager dans une psychothérapie. Cependant, à certains moments de la vie, il peut être important de bénéficier d’un espace de parole pour évoquer avec un thérapeute certaines difficultés passagères ou trop lourdes à porter. Voici des points qui me semblent importants, pour y voir plus clair, sur ce qu’est une consultation. 

“L’importance d’une parole se mesure à la place qu’elle prend durablement en chacun de nous, à ce qu’elle fait bouger en nous, à la terre intime qu’elle remue et fertilise. ” Henri Gougaud.

consultation, psy, coach, chemin spirituel, toulouse

   L’écoute permet d’évacuer des tensions internes et de mettre des mots sur des affects et des émotions. Par son écoute attentive et bienveillante, le thérapeute montre à la personne que ce qu’elle dit est important.

   L’investissement de la relation thérapeutique par le patient et le thérapeute est appelé alliance thérapeutique. Élément clé de la thérapie, elle va de pair avec l’empathie pour le patient, c’est-à-dire la capacité à se représenter les choses du point de vue du patient.

   Le travail de mentalisation consiste à travailler la capacité de penser du patient. Les questions posées permettent un travail associatif : « ceci fait penser à cela » ou encore des associations à des souvenirs ou d’autres émotions. Quand le travail de mentalisation est difficile à réaliser, on peut utiliser un support concret lorsqu’il est difficile de mettre des mots sur des ressentis.

    Dans certains cas, le thérapeute peut apporter des conseils en ce qui concerne la vie relationnelle, professionnelle et sociale, afin de permettre une meilleure adaptation et d’éviter les situations complexes qui aggravent le cas. C’est ce qu’on nomme « guidance » en français, ou « coaching » en anglais. Ce guidage aide à mettre en place un projet de vie cohérent avec les aspirations du patient. À ce sujet, nous Insistons bien, sur le fait qu’il n’est pas du ressort du praticien d’avoir une attitude normative ou rééducative. Sa tâche est d’aider le patient à s’adapter, compte tenu de ce qu’il est, et non de le conformer à ce que demande l’idéologie sociétale du moment.

    L‘approche humaniste aide le patient à récupérer le pouvoir sur sa vie, à atteindre ses buts et un mieux-être afin d’agir dans le respect et l’amour de lui-même. L’accent est mis sur le processus relationnel, permettant au patient de vivre une expérience relationnelle saine, positive et authentique, dans le respect des rôles de chacun. Fort de cette expérience relationnelle respectueuse de sa nature profonde qui sera ajoutée à son bagage, le patient aura de nouveaux repères et pourra transférer ses acquis dans sa vie personnelle et se construire une vie satisfaisante et correspondant à ses besoins, ses limites, ses zones de sensibilité, bref de son unicité.

    La personne s’acceptera nécessairement davantage comme elle est, accueillera son unicité, s’occupera mieux de ses besoins spécifiques, de ses limites personnelles, alors, nécessairement, elle deviendra plus libre d’être elle-même et augmentera l’estime et la confiance en elle. Elle apprendra ainsi à s’affirmer dans le respect d’elle et des autres.

 

Les objectifs d’un bon accompagnement de la part du thérapeute sont : 

  • de diminuer les émotions qui détruisent le patient. (pulsion de mort, angoisse, jalousie, haine…. le but est d’apprendre à les canaliser pour ne plus être emporter par des émotions néfastes pour la personne.)
  • d’être un miroir objectif. (le thérapeute vie à élargir le plan de vision du patient pour que celui-ci comprenne de mieux en mieux qui il est.)
  • de rendre responsable sans culpabiliser.
  • d’améliorer les relations avec l’entourage.
  • de construire avec le patient de nouvelles convictions. (références qui changeront durablement sa vie.il s’agit de travailler au niveau de son image, tout en le rassurant : une relation d’aide ne change pas l’identité. La personne sera la même après, mais en mieux.)
  • d’aider à comprendre le rôle des besoins et celui de la frustration. (travailler sur soi n’est pas toujours une partie de plaisir, et le thérapeute ne se montre pas seulement “gentil”. Il peut être douloureux de passer par certains étapes internes.)
  • de soutenir, d’accompagner. (aider l’adulte à trouver son autonomie et sa place dans le monde.)

 

 Mais comment peut-on savoir si l’on a frappé à la bonne porte ?

La sympathie que vous pouvez éprouver vis-à-vis du praticien n’est pas suffisante même s’il s’agit d’un critère important… Vous devez avoir le sentiment que le praticien vous écoute vraiment, est totalement présent à vous, sans jugement.
Dans le temps, vous devez sentir que vous progressez, que vos symptômes diminuent, que globalement vous gérez mieux votre émotionnel et votre relationnel.

Le patient si il est dans une relation qui lui correspond avec son thérapeute doit remarquer différents points : 

  • il doit se sentir en sécurité en présence du thérapeute.
  • il doit se sentir au fil du temps dans un mieux-être même si il a des moments difficiles.
  • il se donne la permission de choisir le thérapeute qui lui correspond (il devrait se sentir compris, écouté, trouver une réponse à ses questions)
  • il doit sentir pouvoir être lui-même durant la séance. 

De son côté le patient doit s’engager moralement à travailler sur lui-même. Il s’engage à venir régulièrement aux séances. Dans un travail sur soi, ce qui compte c’est la régularité des séances et non leur espacement. S’il vient irrégulièrement, quand il en a envie, il ne peut pas espérer des résultats profonds et stables.

 

Pour prendre rendez-vous se reporter ici : psycho-therapie-toulouse.fr/contact