L’approche thérapeutique de la psychosynthèse

L’approche thérapeutique de la psychosynthèse

Un thérapeute commence la psychosynthèse en découvrant les besoins particuliers découlant des problèmes uniques auxquels un individu est confronté. Si la croissance est bloquée par des conflits non résolus dans l’inconscient, la thérapie comporte une phase analytique dans laquelle les approches psychothérapeutiques traditionnelles peuvent être utilisées. Cependant l’accent principal, comme le suggère le mot “psychosynthèse”, est la synthèse – “une intégration, une intégrité, une unité, une utilisation harmonieuse de toutes vos potentialités”.

Les 3 phases de la thérapie

Bien qu’il y ait trois phases dans le processus de psychosynthèse, dans la pratique réelle, les phases ne se produisent pas nécessairement successivement ou séparément. Souvent, ils se déroulent en va-et-vient ou en parallèle, selon les besoins de croissance uniques de l’individu. 

Le premier niveau de psychosynthèse est la synthèse personnelle. 

Cette phase vise à la synthèse des « sous-personnalités » en conflit ou en compétition autour du soi conscient ou de l’ego (une méthode pour ce faire est décrite plus loin dans ce chapitre). 

Le deuxième niveau, la “synthèse spirituelle”, vise l’intégration autour du Soi, le centre spirituel supérieur. 

Ce processus cherche à réaliser les potentiels superconscients de la personnalité – les capacités de sens, de valeurs, d’amour, d’altruisme et de créativité esthétique, scientifique et spirituelle. Le but de la vie, tel qu’il est compris dans la psychosynthèse, est de manifester ce Soi aussi pleinement que possible dans sa vie quotidienne et ses relations.

Assagioli considérait le processus de développement spirituel comme “un voyage long et ardu, une aventure à travers des terres étranges pleines de surprises, de difficultés et même de dangers.” Mais il a aussi vu la joie de grandir. Répondant à l’appel de Maslow pour une « technologie de la joie », Assagioli a défini la jouissance comme celle qui résulte de la satisfaction de tout besoin ; plaisir qu’il considérait comme résultant de la satisfaction d’un «besoin fondamental» (terme de Maslow); joie de la satisfaction d’un besoin supérieur. Il a déclaré : “Les actes de bonne volonté ont des résultats riches et parfois étonnants. Les activités altruistes et humanitaires donnent une profonde satisfaction et un sentiment d’accomplissement de son véritable but dans la vie. Comme l’a dit un sage oriental, ‘Les tâches du monde sont comme des feux de joie.'” La réalisation de soi donne un joyeux sentiment de pouvoir, de liberté et de maîtrise. La pleine réalisation transpersonnelle du Soi, impliquant la communion ou l’identification avec la Réalité transcendante, aboutit à ce qu’Assagioli appelait la Félicité.

Le troisième niveau du processus de psychosynthèse, selon Assagioli, est la synthèse transpersonnelle. 

Cette phase vise à entrer dans une relation harmonieuse avec les autres personnes et avec le vivant. Il est clair que la psychosynthèse est une approche systémique. L’intégration de la synthèse des relations interpersonnelles, de l’individu avec divers groupes, avec toute la famille humaine et avec une réalité spirituelle, tout cela peut faire partie de cette troisième phase de croissance. L’unité essentielle de ces différentes relations est comprise comme une unité spirituelle transpersonnelle. Puisque les personnes vivent inextricablement dans des relations, une « bonne volonté » implique toujours une harmonisation avec la volonté des autres et avec la nature. Une conscience écologique inclusive est présente dans la compréhension d’Assagioli de la croissance :

L’égocentrisme est profondément destructeur pour la coopération sans laquelle une personne ne peut pas vivre pleinement sa vie en communauté. Ce même principe s’applique à la relation d’un individu à la nature et à l’univers. Personne ne peut prendre une position arrogante et se considérer sans rapport avec l’univers. Qu’on le veuille ou non, l’humain fait partie de la volonté universelle et il doit en quelque sorte s’accorder et participer volontairement aux rythmes de la vie universelle. L’harmonisation et l’unification de la volonté individuelle et universelle est l’un des objectifs humains les plus élevés, même s’il est rarement réalisé.(3)

Il y a une poussée d’ouverture dans la pensée d’Assagioli que je trouve rafraîchissante : “L’expérience intérieure n’est pas une fin en soi mais un moyen d’une implication et d’un service plus profonds, plus dynamiques et efficaces avec l’humanité.” (4)

 

Le rôle du thérapeute

Le thérapeute joue un rôle actif dans la phase précoce de la psychosynthèse, utilisant toutes les méthodes nécessaires pour actualiser cette dimension des potentiels d’une personne. Progressivement, l’individu exerce une responsabilité croissante et le thérapeute devient avant tout un catalyseur dans le processus de croissance. Dans les phases ultérieures, le rôle du thérapeute est progressivement assumé par le Soi supérieur de l’individu, dont la personne a une conscience et une identification croissantes. La sagesse intérieure de son propre Soi supérieur est considérée comme la source d’orientation la plus valable. La tâche centrale du thérapeute est d’aider la personne à prendre conscience et à apprendre à utiliser cette sagesse et ce pouvoir intérieurs pour la guérison et la croissance.

 

Un article en lien pour commencer la pratique de la psychosynthèse