Se reconnecter à ses émotions

Je vous invite à découvrir un exercice que propose Tal Ben-Shahar dans son livre « Apprendre à être heureux ». Il va nous permettre d’accepter et de nous reconnecter à nos émotions, sans les juger, sans les réprimer, sans nous soucier du regard des autres et du « code de conduite » de cette société. Il s’agit de vivre une libération. Car toutes ces émotions que l’on tait demeurent dans notre mémoire et notre corps, se renforcent et menacent de s’exprimer avec plus de violence.

L’auto-attention

Selon Tara Bennett-Goleman, thérapeute qui combine les psychologies orientales et occidentales, « l’auto-attention, c’est voir les choses comme elles sont, sans tenter de les changer. Le but est de dissoudre nos réactions face aux émotions dérangeantes en veillant bien à ne pas rejeter l’émotion proprement dite. En se focalisant sur une émotion pénible, en l’acceptant le coeur et l’esprit ouverts et en se laissant traverser par elle, on peut provoquer sa dissolution, sa disparition. »

Exercice :

Installez-vous confortablement.

Rappelez un souvenir d’un évènement au cours duquel vous avez dû  refouler vos émotions douloureuses.

Faites remonter les images et les détails de cette expérience. Replongez-vous dedans.

Par exemple : si vous avez dû prendre la parole en public. Faites défiler le film de ce qui s’est passé avant et pendant votre intervention. Idem pour un deuil, une rupture amoureuse ou une trahison.

Observez les émotions que vous ressentez en vous concentrant sur cette projection mentale qui doit être la plus précise possible.

Respirez profondément mais avec douceur tout au long de l’exercice.

Si vous avez envie de pleurer, ne retenez pas vos larmes. Si vous ressentez de la peur, laissez-la remonter.

Si vous éprouvez des sensations dans votre corps, concentrez votre attention sur elles et imaginez que vous y insufflez de l’air.

Répétez l’exercice autant que nécessaire jusqu’à ce que toute les émotions refoulées soient remontées à la surface puis aient disparu.

Maintenant, reproduisez l’exercice avec un évènement où vous n’avez pas pu exprimer une émotion positive comme de la joie ou de l’amour.

Là-aussi, libérez-vous, sautez de joie si nécessaire, criez de bonheur.

 Nous avons été trop habitués (conditionnés ?) à faire semblant de ne rien ressentir. Les émotions font partie de notre humanité. C’est en les acceptant que nous vivrons mieux, plus en paix avec nous-même… et les autres qui sont dans la même situation de répression/frustration que nous.

Source :Apprendre à être heureux de Tal Ben-Shahar