Exercice de désidentification

Exercice de désidentification

Nous sommes dominés par tout ce avec quoi notre moi s’identifie. Nous pouvons dominer, diriger et utiliser tout ce dont nous nous désidentifions.

L’expérience centrale et fondamentale de la conscience de soi, la découverte du « je », est implicite dans notre conscience humaine (« conscience de soi » est utilisée ici dans le sens purement psychologique d’être conscient de soi en tant qu’individu distinct et non le sens habituel de « l’égocentrisme » égocentrique et même névrotique). C’est ce qui distingue notre conscience de celle des animaux, qui sont conscients mais pas conscients d’eux-mêmes. Mais généralement, cette conscience de soi est en effet “implicite” plutôt qu’explicite. Elle est vécue de manière nébuleuse et déformée car elle est généralement mêlée et voilée par le contenu de la conscience.

Cet apport constant d’influences voile la clarté de la conscience et produit de fausses identifications du moi avec le contenu de la conscience, plutôt qu’avec la conscience elle-même. Si nous voulons rendre la conscience de soi explicite, claire et vivante, nous devons d’abord nous désidentifier du contenu de notre conscience.

Identification

Plus précisément, l’état habituel pour la plupart d’entre nous doit être identifié avec celui qui semble, à un moment donné, nous donner le plus grand sentiment de vitalité, qui nous semble le plus réel ou le plus intense.

Cette identification à une partie de nous-mêmes est généralement liée à la fonction prédominante ou au centre de notre conscience, au rôle prédominant que nous jouons dans la vie. Cela peut prendre plusieurs formes. Certaines personnes sont identifiées à leur corps. Ils se vivent et parlent souvent d’eux-mêmes, principalement en termes de sensations ; en d’autres termes, ils fonctionnent comme s’ils étaient leur corps. D’autres sont identifiés à leurs sentiments; ils vivent et décrivent leur état d’être en termes affectifs et croient que leurs sentiments sont la partie centrale et la plus intime d’eux-mêmes, tandis que les pensées et les sensations sont perçues comme plus distantes, peut-être quelque peu séparées.
Ceux qui sont identifiés à leur esprit sont susceptibles de se décrire avec des constructions intellectuelles, même lorsqu’on leur demande comment ils se sentent. Ils considèrent souvent les sentiments et les sensations comme périphériques ou en sont largement inconscients. Beaucoup sont identifiés à un rôle et vivent, fonctionnent et se vivent en termes de ce rôle, comme « mère », « mari », « épouse », « étudiant », « homme d’affaires », « enseignant », etc.

Cette identification à une partie seulement de notre personnalité peut être provisoirement satisfaisante, mais elle présente de sérieux inconvénients. Cela nous empêche de réaliser l’expérience du « je », le sens profond de l’auto-identification, de savoir qui nous sommes. Elle exclut ou diminue considérablement la capacité de s’identifier à toutes les autres parties de notre personnalité, d’en profiter et de les utiliser au maximum. Ainsi, notre expression « normale » dans le monde est limitée à tout moment à seulement une fraction de ce qu’elle peut être. La réalisation consciente – ou même inconsciente – que nous n’avons pas accès à beaucoup de ce qui est en nous peut provoquer de la frustration et des sentiments douloureux d’inadéquation et d’échec.

Enfin, une identification continue à un rôle ou à une fonction prédominante conduit souvent, et presque inévitablement, à une situation de vie précaire se traduisant tôt ou tard par un sentiment de perte, voire de désespoir, comme dans le cas d’un athlète qui vieillit et perd sa force physique; une actrice dont la beauté physique s’estompe ; une mère dont les enfants ont grandi et l’ont quittée, ou un étudiant qui doit quitter l’école et faire face à de nouvelles responsabilités. De telles situations peuvent produire des crises graves et souvent très douloureuses. Elles peuvent être considérées comme des « morts » psychologiques plus ou moins partielles. Aucun attachement frénétique à l’ancienne “identité” déclinante ne peut être utile. La véritable solution ne peut être qu’une « renaissance », c’est-à-dire entrer dans une identification nouvelle et plus large.
Le processus de mort et de renaissance a été mis en scène symboliquement dans divers rites mystérieux et a été vécu et décrit en termes religieux par de nombreux mystiques. Elle est actuellement redécouverte en termes d’expériences et de réalisations transpersonnelles.

Ce processus se produit souvent sans une compréhension claire de sa signification et souvent contre le souhait et la volonté de l’individu qui y est impliqué. Mais une coopération consciente, déterminée et volontaire peut grandement la faciliter, la favoriser et la hâter.

Cela peut être mieux fait par un exercice délibéré de désidentification et d’auto-identification . Grâce à elle, nous acquérons la liberté et le pouvoir de choisir de nous identifier ou de nous désidentifier de n’importe quel aspect de notre personnalité, selon ce qui nous semble le plus approprié dans chaque situation. Ainsi, nous pouvons apprendre à maîtriser, diriger et utiliser tous les éléments et aspects de notre personnalité, dans une synthèse inclusive et harmonieuse. Cet exercice est donc considéré comme fondamental en psychosynthèse.

L’exercice

Cet exercice est conçu comme un outil pour atteindre la conscience de soi et la capacité de concentrer notre attention séquentiellement sur chacun de nos principaux aspects de personnalité, rôles, etc. Nous devenons alors clairement conscients de leurs qualités et pouvons les examiner tout en maintenant le point de vue de l’observateur, et reconnaître que l’observateur n’est pas ce qu’il observe.

Dans la forme qui suit, la première phase de l’exercice — la désidentification — consiste en trois parties traitant des aspects physiques, émotionnels et mentaux de la conscience. Cela conduit à la phase d’auto-identification. Une fois l’expérience acquise, l’exercice peut être élargi ou modifié selon les besoins, comme il sera indiqué plus loin.

 Procédure

Mettez votre corps dans une position confortable et détendue, et prenez lentement quelques respirations profondes (des exercices préliminaires de relaxation peuvent être utiles). Ensuite, faites l’affirmation suivante, lentement et pensivement :

1. J’ai un corps mais je ne suis pas mon corps. Mon corps peut se trouver dans différentes conditions de santé ou de maladie, il peut être reposé ou fatigué, mais cela n’a rien à voir avec moi-même, mon vrai T. J’estime mon corps comme mon précieux instrument d’expérience et d’action dans l’extérieur. monde, mais ce n’est qu’un instrument. Je le traite bien, je cherche à le maintenir en bonne santé, mais ce n’est pas moi. J’ai un corps, mais je ne suis pas mon corps.

Fermez maintenant les yeux, rappelez brièvement dans votre conscience la substance générale de cette affirmation, puis concentrez progressivement votre attention sur le concept central : « J’ai un corps mais je ne suis pas mon corps ». Essayez, autant que vous le pouvez, de réaliser cela comme un fait vécu dans votre conscience. Ouvrez ensuite les yeux et procédez de la même manière avec les deux étapes suivantes.

2. J’ai des émotions, mais je ne suis pas mes émotions. Mes émotions sont diversifiées, changeantes, parfois contradictoires. Ils peuvent passer de l’amour à la haine, du calme à la colère, de la joie au chagrin, et pourtant mon essence – ma vraie nature – ne change pas. ‘Je reste. Bien qu’une vague de colère puisse temporairement me submerger, je sais qu’elle passera avec le temps ; donc je ne suis pas cette colère. Puisque je peux observer et comprendre mes émotions, puis apprendre progressivement à les diriger, à les utiliser et à les intégrer harmonieusement, il est clair qu’elles ne sont pas moi-même. J’ai des émotions, mais je ne suis pas mes émotions.

3. J’ai un esprit mais je ne suis pas mon esprit. Mon esprit est un précieux outil de découverte et d’expression, mais ce n’est pas l’essence de mon être. Son contenu change constamment car il embrasse de nouvelles idées, connaissances et expériences. Parfois, il refuse de m’obéir. Par conséquent, cela ne peut pas être moi, moi-même. C’est un organe de connaissance concernant à la fois le monde extérieur et le monde intérieur, mais ce n’est pas moi-même. J’ai un esprit, mais je ne suis pas mon esprit.

Vient ensuite la phase d’identification. Affirmez lentement et pensivement :

4. Après la désidentification de moi-même, le « je », du contenu de la conscience, comme les sensations, les émotions, les pensées, je reconnais et j’affirme que je suis un centre de pure conscience de soi. Je suis un centre de volonté, capable d’observer, de diriger et d’utiliser tous les processus psychologiques et mon corps physique.

Concentrez votre attention sur la réalisation centrale : Je suis un centre de pure conscience de soi et de volonté. Essayez, autant que vous le pouvez, de réaliser cela comme un fait vécu dans votre conscience.

Comme le but de l’exercice est d’atteindre un état de conscience spécifique, une fois ce but saisi, une grande partie des détails procéduraux peut être supprimée. Ainsi, après l’avoir pratiqué pendant un certain temps – et certains pourraient le faire dès le début – on peut modifier l’exercice en parcourant rapidement et dynamiquement chacune des étapes de la désidentification, en utilisant uniquement l’affirmation centrale de chaque étape et en se concentrant sur sa réalisation expérientielle.

J’ai un corps, mais je ne suis pas mon corps.
J’ai des émotions, mais je ne suis pas mes émotions. J’ai un esprit, mais je ne suis pas mon esprit.

À ce stade, il est utile d’approfondir l’examen de l’étape de l’auto-identification selon les lignes suivantes :

5. Que suis-je alors ? Que reste-t-il après m’être désidentifié de mon corps, de mes sensations, de mes sentiments, de mes désirs, de mon esprit, de mes actions ? C’est l’essence de moi-même, un centre de pure conscience de soi. C’est le facteur permanent dans le flux toujours variable de ma vie personnelle. C’est cela qui me donne un sentiment d’être, de permanence, d’équilibre intérieur. J’affirme mon identité avec ce centre et réalise sa permanence et son énergie.

(pause)

Je me reconnais et m’affirme comme un centre de pure conscience de soi et d’énergie créative et dynamique. Je me rends compte qu’à partir de ce centre de véritable identité, je peux apprendre à observer, diriger et harmoniser tous les processus psychologiques et le corps physique. Je choisis d’atteindre une conscience constante de ce fait au milieu de ma vie quotidienne et de l’utiliser pour m’aider et donner un sens et une direction croissants à ma vie.

Comme l’attention est de plus en plus déplacée vers l’état de conscience, l’étape d’identification peut également être abrégée. Le but est d’acquérir suffisamment de facilité avec l’exercice pour que l’on puisse traverser chaque étape de la désidentification rapidement et dynamiquement en peu de temps, puis rester dans la conscience du « moi » aussi longtemps qu’on le souhaite. On peut alors – à volonté et à tout moment – se désidentifier de toute émotion accablante, pensée agaçante, rôle inapproprié, etc., et du point de vue de l’observateur détaché, obtenir une compréhension plus claire de la situation, de sa signification, de ses causes. , et le moyen le plus efficace d’y faire face.

Cet exercice s’est avéré plus efficace s’il est pratiqué quotidiennement, de préférence pendant les premières heures de la journée. Dans la mesure du possible, il doit être fait peu de temps après le réveil et considéré comme un deuxième réveil symbolique. Il est également d’une grande valeur de le répéter sous sa forme brève plusieurs fois au cours de la journée, en revenant à l’état de conscience « je » désidentifié.

L’exercice peut être modifié de manière appropriée, selon son propre objectif et ses besoins existentiels, en ajoutant des étapes de désidentification pour inclure d’autres fonctions en plus des trois fonctions fondamentales (physique, émotionnelle, mentale), ainsi que des sous-personnalités, des rôles, etc. peut aussi commencer par la désidentification des possessions matérielles. Voici quelques exemples :

J’ai des désirs mais je ne suis pas mes désirs. Les désirs sont suscités par des pulsions, physiques et émotionnelles, et par d’autres influences. Ils sont souvent changeants et contradictoires, avec des alternances d’attraction et de répulsion ; donc ils ne sont pas moi-même. “J’ai des désirs, mais je ne suis pas mes désirs.” (Ceci est mieux placé entre le stade émotionnel et mental.)

Je m’engage dans diverses activités et joue de nombreux rôles dans la vie. Je dois jouer ces rôles et je les joue volontiers le mieux possible, que ce soit le rôle de fils ou de père, d’épouse ou de mari, d’enseignant ou d’étudiant, d’artiste ou de cadre. Mais je suis plus que le fils, le père, l’artiste. Ce sont des rôles, des rôles spécifiques mais partiels, que moi-même je joue, que j’accepte de jouer, que je peux me regarder et m’observer jouer. Je ne suis donc aucun d’entre eux. Je m’auto-identifie, et je ne suis pas seulement l’acteur, mais le directeur du jeu.

Cet exercice peut être et est effectué très efficacement en groupe. Le chef de groupe prononce les affirmations et les membres écoutent les yeux fermés, laissant pénétrer profondément la signification des mots.

 

 

Remarque : Deux variantes de l’expression « j’ai un , mais je ne suis pas mon » qui sont largement utilisées sont :

1) “J’ai un” et “Je ne suis pas mon” et

2) “J’ai un” et “Je suis plus que mon”