L’approche narrative : construire son histoire personnelle bienfaisante

L’approche narrative : construire son histoire personnelle bienfaisante

Notre rapport à la vie est un rapport à la narration, c’est comprendre ce que je veux raconter de moi, et à quelle histoire ai-je envie de me raccorder, de participer, dans une dynamique collective. 

Si cette narration que l’on souhaite exprimer de soi, n’est pas entendue ou acceptée, alors la souffrance produite créée un sentiment de rejet, d’abandon, voire d’humiliation, nous vivons alors une forme de souffrance métaphysique. Rappel : l’identité vient d’identique et non de singulier. Construire son identité, c’est contrairement à ce que l’on croit, ne pas devenir unique, mais trouver affectivement le groupe qui partage la même narration que celle que je veux construire. Si je n’arrive plus à trouver de raison de projeter une narration et placer ma vie dans une continuité plus grande que moi alors émerge la dépression.

L’accident est une forme de rupture narrative, c’est notre angle mort, ce non pensé non-dit pour que l’on puisse justement construire notre histoire. Mais à ne pas vouloir penser l’accident, on devient dépendant d’une forme de sécurité factice qui voudrait protéger la vie. Cela pour éviter toute coupure dans la création de notre histoire pensée à réaliser. L’accident le plus violent étant bien entendu la mort elle-même. La mort est dure à accepter, car c’est une rupture dans la continuité narrative de l’histoire que l’on veut raconter. La mort, c’est la coupure de communication avec l’autre. L’abandon est ainsi violent qu’il tue symboliquement l’autre en coupant toute possibilité de communiquer.

La thérapie narrative permet l’accueil de ce qu’il y a en nous de plus précieux, les narrations que l’on souhaite exprimer et développer. Au cours des entretiens, elle utilise les chemins du ressenti, car il s’agit plus de se rencontrer que de se raconter. L’objectif est de rencontrer la narration saine qui nous porte et de retirer de celle-ci ce qui bloque notre évolution. Elle a pour projet une meilleure individuation de soi dans une réalité intérieure apaisée.

 

 => La psyché de l’individu constituée de trois éléments :
– Celui qu’il est aujourd’hui (Présent)
– Tous ceux qu’il a été depuis qu’il existe (Passé)
– Tous ceux dont il est issu (transgénérationnel)

 

 => L’accompagnement (séance) se déroule en 3 étapes :
a) la personne décrit le problème (son scénario dominant),
b) elle est encouragée à adopter des perspectives alternatives à travers la déconstruction des récits actuels,
c) le thérapeute aide la personne à créer des récits plus utiles et plus satisfaisants.   

 

Pour approfondir la théorie : 

Initiée depuis plus de 30 ans par Michael White, et bien que largement diffusée dans le monde anglophone, cette approche n’en est qu’à ses balbutiements dans l’univers francophone. Cette approche utilise pourtant des concepts philosophiques francophones comme les travaux de Michel Foucault, Jacques Derrida, Gilles Deleuze, Paul Ricoeur ou encore Pierre Bourdieu. 

On peut aisément considérer que tout être humain « raconte des histoires » sur sa vie et sur le monde qui l’entoure. En effet, chaque humain sélectionne des événements, les interprète, leur donne un sens et relie ceux-ci pour tenter d’en faire une histoire cohérente. Bref, l’être humain structure sa vie sous un mode narratif, et les histoires ainsi élaborées acquièrent un caractère de vérité, parfois même un caractère de vérité définitive et permanente.

Cependant, il peut arriver des “moments d’exceptions” qui ne sont pas en cohérence avec cette histoire. Ces exceptions sont au centre de la thérapie narrative, car elles correspondent à un moment de “réassociation” psychique, c’est-à-dire un moment où l’individu agit en collaboration et en harmonie avec ce qui est important pour lui (valeurs, projets de vie, proches, besoins…). Lorsque le problème est internalisé et considéré comme identitaire (je suis mon problème), dans la pathologie chronique notamment, les exceptions sont parfois difficiles à mettre au jour nécessitant alors une remise en contexte pour changer (ou déconstruire) l’histoire que la personne se raconte. Dans l’histoire bloquée sur le problème, c’est comme s’il avait de l’influence sur la personne, la famille. Les relations ou encore la famille exercent une influence sur la vie du problème.

L’approche narrative fait la distinction entre le problème et la personne. Elle considère que chacun possède des talents, des compétences, des croyances, des valeurs, des engagements et des aptitudes susceptibles de l’aider à réduire l’influence des problèmes dans sa vie et même de l’en dégager.

Selon Michael White quand la personne a un problème, et qu’il envahit tout, elle est dans une dimension traumatique. Alors l’explication et la conscientisation de celui-ci permettent de prendre du recul sur l’espace du problème. Puis nous cherchons la manière dont la personne résiste parfois à l’histoire dominante ou au problème. Ensuite la solution est de faire émerger des moments d’exception qui sont présents même s’ils sont imperceptibles pour la personne. Alors elle expérimente des événements, des intentions, des pensées, des sensations autres que celles de l‘histoire dominante et problématique. Elle perçoit alors ce qui était problématique sous un nouvel angle qui permet de dépasser la problématique.

Il existe trois dimensions qui permettent une narration interne cohérente, complexe et multiple (Gonçalves, 2002) :

Structure narrative : construction du sens de nos propres expériences grâce à un processus de connexions par le biais des différents épisodes narratifs de nos vies. La structure est constituée de :

  • Un début, qui est le point de départ de notre histoire. Nous pouvons prendre l’exemple d’une personne qui vient en consultation pour la première fois et signale qu’elle ne sait pas par où commencer. Une des réponses du thérapeute pourrait être « Par le début » ou « Par le moment qui est pour vous le plus facile pour commencer à expliquer votre histoire » (ce moment sera le début).
  • Un développement de l’histoire. Il inclut les événements concrets, les réponses internes, les objectifs des protagonistes, les actions qui se transforment, la cause et l’effet, et enfin, le contexte.
  • Un final, qui se prend en compte lorsque le thérapeute obtient des résultats déterminés et/ou la fin du récit.

Processus narratif : il est en relation avec la façon d’expliquer nos vies, c’est-à-dire le ton que nous employons (par exemple, d’engagement dramatique).

Contenu narratif : il se réfère à la diversité et multiplicité de la production narrative, les thèmes ou trames que nous évoquons, en tombant parfois sur le « disque rayé » ou le refoulement de vieux thèmes non résolus.

 

Ressources pour se connaître soi-même :

  • Histoires de vie : ce sont des récits destinés à donner un sens ou à justifier une certaine vision des événements.
  • Petit parcours sur soi-même : il s’agit d’imaginer et d’écrire une lettre à une personne avec qui nous n’avons pas communiqué depuis longtemps.
  • Dix ans après : on effectue une description d’une projection de soi-même dix années plus tard physiquement, intérieurement, dans le travail, les relations et les passions.
  • Préférences : penser et écrire nos préférences, pour nous réaffirmer et nous accorder le plaisir d’exprimer notre liberté par des choix qui nous sont propres.
  • Espaces : diviser un quadrillage en différents espaces dédiés à chaque personne importante dans votre vie, les lieux les plus importants, les événements les plus joyeux, les sensations les plus agréables, les rêves les plus beaux et les amours qui vous ont rendu mature ou vous ont fait grandir.
  • Je me rappelle… : la personne doit terminer cette phrase sans trop penser à la réponse. La phrase incomplète peut être réutilisée sans limites dans la mesure où elle permet d’explorer et de travailler.
  • Aimer le mystère : il s’agit de chercher en notre intérieur ces questions qui restent sans réponse.