Qu’est-ce que la fatigue compassionnelle ?

Qu’est-ce que la fatigue compassionnelle ?

La compassion est un cadeau merveilleux pour ceux que nous aidons. C’est l’expérience d’une profonde empathie pour une personne souffrante doublée d’un désir de résoudre son malheur ou de remédier à sa douleur. Bien que la compassion puisse être profondément gratifiante, elle peut aussi avoir un coût, en particulier si nous sommes fréquemment exposés aux expériences traumatisantes des autres dans notre rôle d’aidants.

La fatigue de compassion est une forme de stress ou de tension qui découle de contacts fréquents avec des personnes traumatisées, où nous devenons préoccupés par la souffrance ou la douleur des autres (Hunsaker, Chen, Maughan et Heaston, 2015). La fatigue compassionnelle est un problème grave qui peut miner la santé mentale et physique d’une personne et affecter négativement ses relations et sa capacité à prendre soin des autres (Cocker et Joss, 2016).

La fatigue compassionnelle peut se manifester par une gamme de symptômes et de comportements, tels que :

  • Diminution de la capacité ou de l’intérêt à prendre soin des autres
  • Préoccupation avec les gens que vous aidez
  • Épuisement mental et/ou physique
  • Colère et irritabilité
  • Anxiété et/ou dépression
  • Pensées intrusives
  • Problèmes de sommeil
  • Être facilement surpris
  • Désespoir d’aider au travail
  • Flashbacks
  • Hypervigilance
  • Évitement de certaines activités, situations ou personnes que vous aidez
  • Se sentir comme un échec en tant qu’assistant
  • Baisse de productivité
  • Engourdissement émotionnel
  • Difficulté à séparer vie personnelle et professionnelle
  • Une diminution de la capacité à éprouver de la sympathie et de l’empathie
  • Comportements d’adaptation dysfonctionnels, par exemple, abus d’alcool ou de drogues
  • Prendre plus de temps libre
  • Capacité de décision réduite
  • Se sentir déconnecté
  • Diminution de la satisfaction ou du plaisir au travail (Cocker & Joss, 2016 ; Clay, 2020 ; Stamm, 2010)

Fatigue de compassion vs fatigue d’empathie

Les termes fatigue de compassion et fatigue d’empathie sont parfois utilisés de manière interchangeable. Mais cela peut embrouiller légèrement le problème, car certains modèles d’usure de compassion ne s’accordent pas sur le rôle de l’ empathie dans le développement de l’usure de compassion.

Selon Figley, sans la capacité à faire preuve d’empathie, il y a peu de place pour la fatigue compassionnelle, car l’empathie est essentielle pour aider au travail et ressentir les contraintes de la compassion. La préoccupation empathique est notre impulsion pour aider les personnes qui souffrent, par exemple, en fournissant nos services en tant que thérapeute.

Notre réponse empathique envers les clients et les patients est la façon dont nous essayons de remédier à la souffrance d’un client et peut nous amener à partager ses réponses émotionnelles. Le « stress de compassion » est la conséquence de la réponse empathique et représente le désir continu de réduire la souffrance du client ou du patient.

Si le stress de compassion est grave et/ou aggravé par d’autres stress de la vie, il peut entraîner une fatigue de compassion, qui peut être émotionnellement écrasante et rendre plus difficile l’expérience de l’empathie (Clay, 2020).

Cependant, un modèle plus récent d’usure de compassion remet en question l’idée que c’est l’empathie qui nous rend vulnérables à l’usure de compassion. Au lieu de cela, Coetzee et Laschinger (2017) suggèrent qu’un manque de ressources, la réponse de la personne à la détresse et une rétroaction positive inadéquate nous rendent sensibles à l’usure de compassion. 

Fatigue de compassion vs épuisement professionnel

L’épuisement professionnel et le stress traumatique secondaire sont tous deux des composantes de l’usure de compassion, mais ces constructions sont distinctes l’une de l’autre (Stamm, 2012 ; Cocker et Joss, 2016).

Lorsque nous sommes stressés depuis longtemps, nous pouvons atteindre un état d’épuisement physique, mental et émotionnel : le burn-out. L’épuisement professionnel peut avoir diverses causes, et il ne survient pas spécifiquement après avoir été exposé au traumatisme d’une autre personne.

En revanche, le stress traumatique secondaire survient lorsque nous sommes incapables de sauver quelqu’un de sa souffrance et que nous devenons angoissés et préoccupés par sa douleur. Les symptômes d’un traumatisme secondaire peuvent ressembler beaucoup à ceux du trouble de stress post-traumatique (Middleton, 2015).

L’épuisement professionnel s’accumule et s’installe progressivement. L’expérience du stress traumatique secondaire est généralement rapide, mais elle peut contribuer à l’expérience de l’épuisement professionnel.

Le modèle de stress et de fatigue de compassion

Au cœur de celui-ci, Figley propose que l’empathie et l’énergie émotionnelle sont essentielles pour que les thérapeutes (ou aidants) se connectent avec les autres et répondent efficacement à leur souffrance. Essentiellement, nous devons être en mesure d’adopter le point de vue de la personne que nous aidons pour comprendre la meilleure façon de l’aider.

En conséquence, les thérapeutes sont alors directement exposés aux émotions de la personne souffrante et sont motivés à remédier ou à diminuer leur souffrance grâce à leurs réponses empathiques. Lorsque le thérapeute ressent une demande continue de réduire la souffrance du client, cela peut créer un stress de compassion. Cela peut avoir un impact négatif sur le bien-être du thérapeute à moins qu’il ne gère ce stress par un sentiment d’accomplissement ou de désengagement. Avec le désengagement, le thérapeute se distancie activement de la souffrance du client entre les séances et met l’effort dans ses propres soins . Obtenir un sentiment d’accomplissement et de satisfaction dans le travail d’aide nécessite également que les thérapeutes aient une certaine conscience pour comprendre les limites de leur responsabilité.

Quelques autres facteurs importants qui contribuent à l’usure de compassion comprennent :

  • Exposition prolongée
    Le sentiment de responsabilité d’aider ceux qui souffrent pendant une période de temps significative – les pauses et les vacances sont importantes pour éviter cela.
  • Souvenirs traumatiques
    Souvenirs émotionnels que le client déclenche pour le thérapeute – ceux-ci peuvent refléter les expériences du thérapeute avec d’autres clients qui étaient particulièrement difficiles, exigeants ou qui souffraient énormément.
  • Perturbation
    de la vie Tout événement de la vie qui perturbe votre routine, votre emploi du temps ou votre capacité à gérer et à faire face à vos responsabilités quotidiennes.

Modèle de fatigue compassionnelle

Le modèle d’usure de compassion (Coetzee & Laschinger, 2017) visait à s’appuyer sur les modèles précédents d’usure de compassion en intégrant la théorie de la conservation des ressources et la recherche croissante sur les neurosciences sociales de l’empathie.

En fin de compte, ce modèle suggère qu’une rétroaction positive, des ressources équilibrées et la réduction de la détresse personnelle centrée sur soi lorsque nous travaillons avec ceux que nous aidons peuvent atténuer l’usure de compassion. 

– Ressources

La théorie de la conservation des ressources propose que tous les soignants disposent d’un certain équilibre des ressources. L’équilibre des ressources de l’aidant peut être sain ou diminué pour de nombreuses raisons ; par exemple, ils peuvent avoir peu de ressources sur leur lieu de travail, un manque de soutien à la maison ou une faible énergie émotionnelle.

– Évaluation des ressources

Votre évaluation de votre équilibre de ressources déterminera si vous percevez ou non ceux que vous aidez comme une menace pour vos ressources et peut déterminer si votre concentration empathique est sur vous-même ou sur le client.

– Autre focus

Adopter un autre objectif signifie que nous compatissons avec le client et voyons les choses de son point de vue, tout en sachant qu’il existe une frontière claire entre soi et l’autre.

Lorsqu’ils investissent des ressources pour aider les autres, Coetzee et Laschinger suggèrent que les thérapeutes s’attendent à un gain de ressources en aidant sous la forme de commentaires positifs, tels que le résultat pour le client ou des éloges. Si le thérapeute fait face à un résultat négatif, tel qu’un manque de reconnaissance ou un échec du traitement, cela peut conduire à un sentiment de perte de ressources.

– Autofocus

La principale différence entre l’autre et l’auto-focus est le manque de distinction entre soi et l’autre. L’auto-focus peut conduire à plus de détresse pour le thérapeute.

Le traitement propositionnel autocentré (contrôlé, volontaire et “cognitif”) peut amener le thérapeute à évaluer ses propres pensées et sentiments à propos du client et de sa souffrance, ce qui peut parfois être utile et parfois conduire à la détresse.

Le traitement expérientiel autocentré (automatique, involontaire et associé à une résonance émotionnelle) est plus problématique et peut entraîner une détresse pour le thérapeute et le motiver à éviter ou à se retirer du client.

Conlusion :

Beaucoup d’entre nous poursuivant une carrière dans la profession d’aidant trouvent beaucoup de joie, de sens et d’épanouissement à aider les autres.

Mais en même temps, offrir de la compassion à ceux qui en ont besoin est un processus profondément émotionnel et exigeant en ressources. La fatigue de compassion se présente sous la forme d’un stress traumatique secondaire et d’un épuisement professionnel et peut survenir lorsqu’on est exposé au traumatisme d’autres personnes.

La satisfaction de compassion est une expérience vraiment nourrissante et agréable qui vient d’aider les autres, ce qui peut aider à conjurer la fatigue de compassion. Avoir des ressources adéquates pour faire votre travail et un environnement de travail favorable, gérer la détresse liée à soi-même, recevoir des commentaires positifs et pratiquer les soins personnels sont d’autres facteurs clés qui peuvent aider à réduire l’usure de compassion.

La fatigue de compassion peut affecter votre bien-être mental et physique et votre capacité à prendre soin des autres. Si vous craignez de développer une usure de compassion, il est important d’en parler à quelqu’un et de demander de l’aide. En plus de prendre soin des autres, vous devez aussi prendre soin de vous.